Non ne vous laissez pas berner par tout ce charabia infernal, vous n'y verrez rien de véritable sauf le fait que Otoko est une école pour garçon. Otoko vit le jour pour on ne sait quelle raison mais une chose est certaine, le directeur adorait son école. Ce fut le seul à croire qu'un beau jour de véritables élèves provenant du monde entier viendraient marcher dans ses couloirs et écouter ses cours mais personne ne le crut véritablement... L'école passa de génération en génération, accueillant de l'élite, des enfants riches mais aussi des enfants plus pauvres, les éduquant à la vie de façon souvent drastique... En fait, si vous avez déjà été étudiant là-bas vous savez déjà surement que vous ne pouvez y faire confiance à personne car même les profs peuvent être... Louches ?! Vous devrez choisir entre un des trois dortoirs principales de l'école pris en charge par un professeur précis et vous allez devoir courir vite en cas de problème... etc...
Yuu R. Kaito
Imbécile de Fondateur mais dieux des codes ~
Koro Juùri
Administrateur Sadique à la méchante belle gueule.
Kasumi Yamada
Mascotte dangereuse et carotte du forum



 

Partagez | 
 

 L'Infirmerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Messages : 20
Points : 28
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 31

MessageSujet: L'Infirmerie Mar 3 Juil - 13:02

Tu t'es blessé ? Tu as besoin de soins ? Ou juste besoin de te reposer entre deux cours ? Viens ici, Satsuki Takuma et son Assistant Len Saotome t’accueilleront avec joie et s'occuperons bien de toi. Même s'il n'y a personne, tu peux quand même entrer pour te reposer dans un des lits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Itsuki Nezumi

Messages : 40
Points : 42
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Où tu n'est pas ._.

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mar 3 Juil - 13:21

j'arriva finalement à l'infirmerie, ja tremblait un tout petit peu...Mon crâne me fesait vraiment mal et ça ne voulait pas partir...Entrant sans même frapper j'ouvris une armoir à la recherche de désinfectant pas la peine d'attendre le maudit infermier d'ailleur a quoi bon pouvait-il ressembler ? Je ferma les yeux soupirant , je vaccilait un peu ce n'était pas très bon...Ne trouvant toujours pas le kit de premier soins je pris un papier et j'y fit couler de l'eau froide avant d'allez m'étendre dans un lit, un papier d'eau froide sur la tête... Fermant les yeux et priant pour que la douleur s'arrêtte un instant...en fait j'était plus tôt fragile niveau santé...

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

«Vie ta vie et laisse les autres vivre la leur»
Tien toi loin de moi Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 20
Points : 28
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mar 3 Juil - 13:37

Satsuki après s’être fait jeter comme il fallait, était retourné dans ses quartiers, l’infirmerie. En arrivant, il alla dans une salle qui était à l’arrière pour chercher des médicaments dont il avait besoin, si jamais quelqu’un se présenter. Il mit un peu de temps à trouver ce qu’il cherchait. Après avoir bien fouillé les profondeurs du sous-sol de l’infirmerie, il revint en surface avec des médicaments entre les mains. Il alla poser le tout dans la vitrine de pharmacie, puis se dirigea vers l’évier afin de se laver les mains. En arrivant, il remarqua que quelqu’un était là, il alla voir qui s’était.

Len d’amour c’est toi qui… ? Tiens, quelle…surprise…

Satsuki était content, croyant que c’était Len qui était là et qu’il allait enfin pouvoir embêter quelqu’un sans se prendre un râteau. Il tomba de haut lorsqu’il vit que c’était le jeune blond du hall qui était là. Allongé sur un des lits avec un papier sur le front. Il avait l’air mal en point, Satsuki se plaça à côté du lit, ne voulant pas se prendre une gifle come tout à l’heure, il avait appris la leçon. Ou encore que le jeune garçon pense qu’il voulait lui faire quelque chose de pas net. Il leva son stéthoscope.

Tu ne t’es pas raté dis-moi ? Est-ce que je peux aller chercher le kit pour te soigner ?

Satsuki pesait ses mots pour ne pas effrayer le garçon, il ne savait rien sur lui, mais il sentait qu’il ne fallait pas qu’il fasse le mariol comme au hall. Là c’était l’Infirmier qui se trouvait en face du garçon et non l’invétéré et riche Satsuki Takuma, qui draguait à tord et à travers. Satsuki afficha un sourire serein en attendant la réponse du garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Itsuki Nezumi

Messages : 40
Points : 42
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Où tu n'est pas ._.

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mar 3 Juil - 19:29

J'était étendu sur le lit , un eu sonné lorsque finalement j'entendis des pas...C'était sans doute l'infirmier qui venait d'arriver...Non mais il était long non ? Je dégagea une mèche de cheveux mal plaçé et j'enleva le papier de mon front d'où la blessur me fesait attrocement soufrir...Du sang diliué dans de l'eau coulais sur mon visage et j'en essuya faiblement une goutte avant de regarder bêtement l'homme au cheveux mauve. Je le regarda avec méfiance , pour le prévenir que je n'hésiterai pas à morde et je me redressa pour être assis façe à lui...Je baissa mon regard vers le sol évitant le regard de l'infirmier ..c'était bien ma veine il fallait que justement au moment où j'était blessé c'était lui qui me donnais les premier soins...Note a moi même, ne jamais me noyer quand il est dans l'éparage...Je le regarda de nouveau du coin de l'oeil en fesant mine d'attendre un peu ne sachant pas vraiment quoi dire.

Tu ne t’es pas raté dis-moi ? Est-ce que je peux aller chercher le kit pour te soigner ?

Je grogna légèrement, honnetement comme si je le savais pas ... J'aquesa du regard. N'était ce pas ça son boulot non plus ? De soigné les élèves blessés et malade ? Ah quoi que d'un autre côté je l'avais royalement envoyer promenez avec ma giffle dans le halle d'entrée. Il était bien évidament certain que je n'allait pas m'excusé ...Mais je ne pouvait plus rien dire à ce sujet...je n'étais pas vraiment en position de toute façons...Et ce même si j'était près en cas d'attaques surprise.. Je soupira cherchant un sujet de conversation et je me souvenue qu'il avait sortie un nom avant d'entré bruyament dans l'infirmerie

- Qui est ..Len ?

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

«Vie ta vie et laisse les autres vivre la leur»
Tien toi loin de moi Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 20
Points : 28
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mer 4 Juil - 2:56

Un peu descendu de haut, en remarquant que c'était le jeune blond qui l'avait giflé au hall, qui était là et non Len, Satsuki calma sa joie. Il demanda au garçon s'il désirait qu'il aille chercher le kit de soin pour le soigner, car après ce qu'il lui avait fait au hall, il était possible qu'il pense que Satsuki voulait faire autre chose que le soigner. Il se tint prêt à intervenir après accord du dit patient, qui saignait du front, après une blessure, qu'il n'avait pas réussi à soigner, il avait donc juste mis un papier dessus avec de l'eau. C'était déjà ça, il n'était pas totalement bête, l'eau était le premier désinfectant qu'on pouvait utiliser en cas d'absence d'alcool, ça pouvait tout aussi bien nettoyer une plaie. Le garçon semblait non seulement en méfiance, mais aussi gêné par la situation. Evidemment il ne devait pas s'attendre à ce que ce soit la victime de sa gifle, qui le soigne après qu'il se soit blessé. Et en regardant Satsuki, il lui posa une question complètement hors sujet aux yeux de l'homme, qui songeait à sa santé plus qu'à autre chose sur le coup.

Qui est Len ?

Satsuki posa son stéthoscope sur une table, puis alla attraper dans la boîte à pharmacie, le kit des premiers soins, pour ensuite venir s'asseoir sur le rebord du lit. Il sortit pansement, alcool désinfectant, ciseaux. Tout le nécessaire qui permettait de soigner et de protéger une blessure. Il attrapa en premier lieu une compresse, l’imbibant d'alcool pour ensuite commencer à nettoyer la plaie.

Len c'est mon Assistant, je pensais que c'était lui, qui était revenu...

Satsuki ne posa pas d'autre question au garçon, il continua à nettoyer sa plaie, puis à la protéger avec un pansement, après avoir fini, il lui sourit gaiment.

Voilà tu es tout beau, tout propre. Attends-moi là je vais te chercher des médicaments, parce que tu dois certainement avoir mal à la tête et en plus, vu l'endroit où est ta blessure, la douleur ne va pas être évidente.

Satsuki se leva pour aller chercher des médicaments, contre la douleur et les maux de tête, puis revient vers le garçon pour les lui donner.

Tiens des anti-inflammatoires pour éviter la douleur et des efferalgans pour le mal de tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Itsuki Nezumi

Messages : 40
Points : 42
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Où tu n'est pas ._.

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mer 4 Juil - 6:08

Peut importe comment je voyais la situation ça restait encore et encore a mes yeux insuportable mais d'un côté mon orgeuille était un peu moin gros maintenant , Pas parceque j'avais changé loins de là honnetement mais seulement parceque la douleur m'empêchait d'être comme ça à 100% Je ne pouvait pas négligé mon corps...Peut importe combien je le détestait. Je regarda l'infirmier , il avait surement compris mon malaise...étrangement je posa mon regard sur lui en essayant d,'en avoir l'air le moins possible..Il était plus tôt bel homme maintenant que je le regardais "calmement"... Il puait le fils de riche par contre, comme l'autre idiots au cheveux brun fonçé et à sa seule pensé je m'enflamma violament pour suite me recroqueviller de douleur...Ça fesait mal très mal... Je me redressa pour être bien sagement assis tendis que l'infermier me posait un magnifique et on s'entend immense bandage sur la tête. D'un côté c'était bien si ça empêchait la plaie de ne pas s'infecté mais d'un autre il aurait franchement l'air foux de se prommenez avec le bandage coller dans le frond...mais avait-il seulement le choix...

- Voilà tu es tout beau, tout propre. Attends-moi là je vais te chercher des médicaments, parce que tu dois certainement avoir mal à la tête et en plus, vu l'endroit où est ta blessure, la douleur ne va pas être évidente.

J'hocha simplement de la tête et me releva doucement pour quitté le lit blanc et avançé doucement , je vaccilait encore. J'avais l'air franchement fragil...peut être que je m'était vraiment cogné fort ..du moins plus que je le croyais ..fallait dire que j'avais une santé plus tôt fragile dans certain cas...J'allais me diriger vers la porte tentant de partir avant que la situation ne se complexise d'avantage et je vue l'infirmier arrivé avec quelques chose dans les mains...j'avait une main sur la basse du lit pour me soutenir afin de ne pas tombé et je l'observait une pointe de douleur dans les yeux ...


- Tiens des anti-inflammatoires pour éviter la douleur et des efferalgans pour le mal de tête.

Je soupira et ne les toucha même pas , levant la tête vers l'infirmier , n'exprimant pas grand chose d'Ailleur...Je ne prenais jamias de médicament , c'était plus tôt chose rare qu'ont réeusisait a m'en mêttre un dans la bouche ...

- Je vais bien... j'en ai..pas besoin...

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

«Vie ta vie et laisse les autres vivre la leur»
Tien toi loin de moi Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Kasumi Yamada

Messages : 56
Points : 52
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mer 4 Juil - 6:28

    Dieu de dieu de dieu de dieu de dieu... En passant dans les couloirs, j'avais aperçu dans le gymnase une scène des plus... érotiques. Deux personnes, deux garçons se... touchaient... plus ou moins profondément, à des endroits plus ou moins malsains... J'en revenais pas. J'avais le souffle coupé, par la surprise et par la course qui s'en suivit. J'avais eu tellement peur de me faire voir que j'avais courru comme une dératée jusqu'à l'infirmerie. Sans le vouloir, bien sur. Je ne connaissais pas l'école, pas encore, j'étais en train de visiter en fait, quand j'ai supris ledit couple qui n'avait pas l'air d'un couple en fin de compte. Plaquant ma main contre le mur à côté de la porte de l'infirmerie pour reprendre ma respiration, je réfléchissais à tout ça. Je cogitais sur les faits. Maintenant que j'y pensais, l'homme au dessus de l'homme en dessous - oui c'est logique - avait l'air d'avoir un sacré avantage. Et celui d'en dessous, quant à lui, ne paraissait pas apprécier, au sens figuré les mouvements vifs de son partenaire. Un viole ? Non, impossible. Violer en plein jour, dans un gymnase, ça se fait pas. Des sadomasochistes alors ? Peut-être bien. Rouge de honte, et le coeur battant à vive allure, je me suis alors redressée, et j'ai mis mes mains sur mes hanches, ayant la pointe. Qu'est ce que je faisais maintenant ? Entendant des voix à proximité, j'ai penché ma tête sur le côté de sorte à avoir vue sur la pièce dédiée aux blessés, et j'ai vu d'où elles provenaient. Deux personnes étaient en train de discuter. Un adulte aux cheveux violets, surement infirmier, et un adolescent aux cheveux blonds, un patient.

    - Bonjour, désolé, je ne fais que passer !

    Souriant naturellement pour les saluer, je fis le tour de la pièce, jusqu'à finalement m'asseoir sur une chaise, normalement pas fait pour les intrus comme moi. Mais bon. Mon coeur battait la chamade, j'avais encore du mal à inspirer ; concrètement, je n'étais pas ici sans aucune raison, même si il s'agissait du fruit du hasard.

    Lessivé par tout ça, ma tête est venue se plaquer à un bureau, et j'ai fermé les yeux, sous le choc, la douleur, et la fatigue. Est-ce que tous les gens ici sont pervers ?

    - Vraiment désolé hein... je fais vraiment que passer... relançai-je, sans prendre la peine de relever le visage pour m'adresser à eux d'une voix plus claire. Je crois que j'ai besoin d'une amie fille... Une blonde... avec des gros seins, et un vagin, toute douce, toute gentille, mais une lesbienne. Une amie fille blonde avec des gros seins, un vagin, douce gentille et lesbienne, oui voilà, c'est ça qu'il me faut... ! Et j'ai dit que j'étais désolé ? Non parce que je suis vraiment, vraiment, vraiment vraiment désolé... Faites comme si j'étais pas là ! Mais pas trop quand même parce que je veux pas... enfin...? assister à des ébats, vous voyez le genre ? Non parce que... Marquant une pause, j'ai redressé enfin mon visage. J'ai vu des trucs et ... je ... veux ... plus voir. Deux garçons, ensemble, crac crac boum boum... c'est ... je ... crois que ... Hop. Mon front retomba sur la table, avant de se relever une seconde fois presque tout de suite après. Je bande.

    Intrigué par moi même, et dans tous mes états aussi, je me suis légérement reculé et j'ai ouvert ma braguette pour constater les dégâts. J'étais seulement en mi-érection.

    - Fausse semi alerte...

    Si je divaguais ? OUI ! Moi quand je panique, ça donne ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 20
Points : 28
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mer 4 Juil - 12:28

Satsuki avait pris grand soin de bien s’occuper de la blessure du jeune blond, de façon ce que cette dernière ne s’infecte pas. Il plaça ensuite un pansement dessus comme protection, puis demanda au jeune blond de l’attendre là le temps qu’il aille chercher des médicaments contre la douleur et le mal de tête qui subviendrait par la suite, s’il ne s’était pas déjà installé. Le jeune garçon vacillait, il avait sans aucun doute dans l’idée de s’en aller au plus vite et ne pas rester là. Mais ses mouvements incertains l’en empêchèrent, il vacillait dans tous les sens, comme s’il voulait tomber, en le fixant Satsuki eut envie de le soutenir pour lui éviter une chute, mais comme il s’était déjà pris une gifle pour avoir voulu l’aider une fois, il se retint et arriva seulement vers lui, pour lui tendre les médicaments. Le jeune avait semblait-il une pointe de douleur dans le regard. Il soupira et ne les toucha pas les médicaments, sans doute par dégoût pour la personne qui les tendait. Satsuki n’en savait rien, il ne pouvait que supposer. Mais pourquoi ce garçon le haïssait à ce point-là ? D’ailleurs était-l le seul qu’il haïssait ? Il finit par lever la tête vers le dit Infirmier, avec une expression de vide dans les yeux.

- Je vais bien... j'en ai…pas besoin...

Satsuki ne savait que faire dans cette situation. Que pouvait-il bien faire pour que quelqu’un qui ne veut pas être soigné, accepte pour son bien à lui ? Comment devait-il procéder pour amadouer ce garçon ? Satsuki s’apprêtait à laisser les médicaments sur la petite table et aller s’occuper du rangement de dossiers comme Len n’était pas encore là. Il se disait qu’il ne fallait pas qu’il insiste plus que ça, il avait dans l’intention de lui dire de se reposer dans un lit et d’attendre d’aller mieux pour repartir. Mais avant même qu’il puisse faire quoi que ce soit, il entendit des pas venant de la porte de l’Infirmerie. La personne en question était un jeune roux.

- Bonjour, désolé, je ne fais que passer !

Satsuki le fixa, encore un qui venait se cacher à l’infirmerie pour ne pas aller en cours ? Le rouquin sourit, d’un sourire qui se voulait naturel en apparence, ce qui n’était pas le cas, car on pouvait facilement voir le contraire, ce sourire n’avait rien de naturel. Il fit le tour de la pièce, sous le regard inquisiteur de Satsuki et alla s’installer sur une chaise, qui était celle du bureau de l’assistant de Satsuki, haletant parce qu’il venait de courir. Il posa sa tête sur la table du bureau, puis ferma les yeux, Satsuki était perplexe, qu’est-ce qui avait obligé ce garçon à courir jusque là ?

- Vraiment désolé hein... je fais vraiment que passer...

Il relança cette phrase, sans même prendre la peine de relever le visage pour regarder ses interlocuteurs. Satsuki s’apprêtait à lui poser la question de ce qui se passait ? Mais il n’eut pas le temps, le jeune enchaîna la conversation.

- Je crois que j'ai besoin d'une amie fille... Une blonde... avec des gros seins, et un vagin, toute douce, toute gentille, mais une lesbienne. Une amie fille blonde avec des gros seins, un vagin, douce gentille et lesbienne, oui voilà, c'est ça qu'il me faut... ! Et j'ai dit que j'étais désolé ? Non parce que je suis vraiment, vraiment, vraiment, vraiment désolé... Faites comme si j'étais pas là ! Mais pas trop quand même parce que je veux pas... enfin...? Assister à des ébats, vous voyez le genre ? Non parce que...

Il divaguait complètement, il marqua enfin une pause pour reprendre sa respiration, puis redresser son visage. Apparemment il n’avait pas encore fini de parler, Satsuki l’écoutait attentivement, posant au passage les médicaments pour le blond sur la table du lit où il était.

- J'ai vu des trucs et ... je ... veux ... plus voir. Deux garçons, ensemble, crac crac boum boum... c'est ... je ... crois que ... Hop.

Il ne prenait même pas le temps de respirer entre ses phrases, d’après ce que Satsuki comprit de ce qu’il venait de dire, il avait surpris deux garçons et ça l’avait sévèrement choqué. Satsuki se demandait s’il était au courant que c’était une école pour garçons ? Parce qu’à s’en douter, il ne fallait pas trop s’attendre à ce que les élèves soient de gentils petits hétérosexuels, désirant se blottir contre une belle poitrine imposante bien faite. Satsuki faillit rire, mais se retint, la situation était disons-le bien amusante. Il n’avait jamais vu quelqu’un d’aussi choqué par ce genre de chose et ce garçon était plaisant. Son front retomba sur la table, mais ça ne tarda pas, il se releva une seconde fois presque tout de suite après.

-Je bande.

Il semblait être dans tous états en disant sa phrase, il s’est légèrement reculé et a ouvert sa braguette pour devant nous pour voir ce qui se tramait là-dessous. Satsuki se demandait si ce à quoi il assistait était un show ou pas ? En tout cas, c’était un beau spectacle. Il avait dans l’intention d’aller vers le rouquin, mais il entendit ce dernier dire une phrase des plus amusantes.

- Fausse semi alerte...

ça se voyait, ce jeune garçon divaguait, aucun doute dessus. Il avait vu quelque chose qu’il n’avait pas l’habitude de voir et ça lui avait retourné le cerveau. Satsuki s’avança gentiment vers lui avec son sourire délicat et accueillant.

Tu sais il ne faut pas t’attendre à voir des couples mixtes dans un lycée pour garçons. Et puis chez des jeunes en pleine fleuraison, il est tout à fait normal pour eux d’exprimer librement leur sexualité. Il ne faut pas être choqué pour si peu.

Voilà que Satsuki se prenait pour un Psychologue, il se rappela qu’il y’en avait déjà un, donc il ne lança pas dans le vif du sujet. Il prit une chaise et s’assied en face du rouquin.

Tu aimes plus les femmes que les hommes, dis-moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Itsuki Nezumi

Messages : 40
Points : 42
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Où tu n'est pas ._.

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mer 4 Juil - 23:43

Je m'était levé pour avancer vers la sortit mais au final j'était tout simplement incapable de le faire ...Pas parceque je ne voulais pas mais seulement parceque j'était trop vaccilant pour faire un seul pas sans tombé en avant...Je gimaça et je regarda l'infirmier au même moment où quelqu'un entrait dans la piece...un jeune gars , au cheveux roux , je me stabilisa conscient qu'avec mon atitube je n'avait pas l'air conscient du "je vais bien" Inutile que j'avais dit en guise d'Excuse qui était totalement faux...Respirant un bon coup je regarde de bas en haut le nouvel arrivant...

- Bonjour, désolé, je ne fais que passer !

Il n'avait vraiment pas l'air convaincu celui là...Il était certainement sous le choc de quelques chose, mais de quoi ? Je le regarda un peu avec un visage encore une fois impasible, ne sachant pas trop quoi faire...s'il était de passage pourquoi prenait-il la peine de s'assoir et de chercher ses mots...Bon fallait dire qu'il était toute fois à l'infirmerie et qu'il avait droit de venir se calmer ici... Même si ses nerf avait vraiment l'Air à pique...

- Vraiment désolé hein... je fais vraiment que passer... Je crois que j'ai besoin d'une amie fille... Une blonde... avec des gros seins, et un vagin, toute douce, toute gentille, mais une lesbienne. Une amie fille blonde avec des gros seins, un vagin, douce gentille et lesbienne, oui voilà, c'est ça qu'il me faut... ! Et j'ai dit que j'étais désolé ? Non parce que je suis vraiment, vraiment, vraiment vraiment désolé... Faites comme si j'étais pas là ! Mais pas trop quand même parce que je veux pas... enfin...? assister à des ébats, vous voyez le genre ? Non parce que... J'ai vu des trucs et ... je ... veux ... plus voir. Deux garçons, ensemble, crac crac boum boum... c'est ... je ... crois que ... Hop. Je bande.

Qu'est ce qu'il venait a s'imaginer celui là ?! Que lui et l'infirmer tordu ferait se genre de truck dégoutant, couché sur le sol tant qu'à y être...Je frisonna a cette seule pensé . Seul la sensation des doigts d'une autres personnes sur mon corps me donnais la nausé... Il était clairement hors de question que je laisse se genre de chose se produire, j'hulerai s'il le fallait mais c'était strictement proscrit. Je jura en silence tendis qu'une aura noir très sombre et malveillante m'entourait. Pourquoi diable , je ne me sentait que revitalisé seulement quand je brulait de rage ? Ma respiration se fesait un peu sacadé a cause de ma blessure mais mon regard était de nouveau aussi froid que la glaçe et tranchant qu'une lame..je regarda le roux me retenant de peine et de misère de ne pas me mêttre a hurlé sur le champs ...mais je ne fit rien...Je brulait de rage debout là tendis que lui regardait dans son pantalon...Venait-il vraiment se plaindre d'Avoir vue des ébats sexuel pour ensuite se rendre compte que Oups monsieur était excité !! Sans oublié qu'il disait ça comme traumatisé !

- Fausse semi alerte...

C'était bon à savoir ça ? J'allais éclaté, je me mordait les lèvres mais pas assé visiblement parceque j'ouvrit ma bouche au même moment où l'infirmier s'adressait au nouvel arrivant... Et pourquoi mentionnait-il se détail au final ?! Voulait-il qu'ont le félicite de ses penchant tordu...Je fut pris de nausé , il voulait une amie a grosse boule, lesbienne ?! Lesbienne ?! Mais qu'est ce qui clochait chez se satané mâle incompréhensible ?! Il voulait une amie fille lesbienne pour on ne sait qu'elle raison ... De toute façons je m'en foutait , les filles j'en avait horreur..completement alergique à ces filles qui gazoutes dans tout les sens et qui ont des réactions excesives...

- Tu sais il ne faut pas t’attendre à voir des couples mixtes dans un lycée pour garçons. Et puis chez des jeunes en pleine fleuraison, il est tout à fait normal pour eux d’exprimer librement leur sexualité. Il ne faut pas être choqué pour si peu.

D'un côté l'infirmier avait franchement raison, c'était une école de mec. Ses machin de nana il en trouverait pas par ici ...Tous des mecs et la majorités des con... Je grogna...mes cheveux m'était tombé dans les yeux cachant le vilain pensement et par la même occassion mon regard haineux que je dirigeais vers le roux...emplifiant un peu l'effets de haine...

- Tu aimes plus les femmes que les hommes, dis-moi ?

Aimer ? Quel verbe idiots ...C'était la goute qui fit un peu débordé le vase pour une raison que j'ignorais je fusila le roux et je me mits a hurlé dans tout mes états...

- Tes con où quoi ? Retardé voir ?!

Je grogna ...respirant de plus en plus vite ...

- Tes dans une école de mec bordel ! Tu viens de plaindre que tu veux plus jamais revoir une scène de cul entre mec mais tu bande en les voyant ! tes pas mieux qu'eux au final!

Ma respiration était presque venu trop vite, des légé point noir tachetait ma vision tendis que je passait la main dans mes cheveux.

- Si tu veux une p** vas dans une école pour sal** , mais foux nous la paix avec ça!!

Les sacres coulait de ma gorges comme de l'eau tendis que quelques étourdisement me prenait, mon corps devenait de plus en plus froids et je commençait a ne plus entendre ce qui se passait autours de moi...Je resta toute fois debout en tentant d'Avoir l'air normal...

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

«Vie ta vie et laisse les autres vivre la leur»
Tien toi loin de moi Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 20
Points : 28
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Jeu 5 Juil - 3:41

Satsuki s'apprêtait à ouvrir une conversation dite saine avec le rouquin, qui était arrivé, lui demandant s'il aimait plus les femmes que les hommes ? Il parlait de cela car il avait vu qu'il avait été choqué, mais avant même que Satsuki entende la réponse du rouquin, le jeune blond, se leva, il était encore plus furieux pour une raison on ne savait de quoi. Il s'avança vers Satsuki et le roux.

- Tes con où quoi ? Retardé voir ?!

Il se mit à grogner, sa phrase s'adressait au jeune rouquin? Il respirait de plus en vite, ses battements étaient saccadés, son coeur battaient à une telle vitesse, Satsuki se dit que s'il continuait comme ça, il n'allait pas aller bien loin, surtout dans son état.

- Tes dans une école de mec bordel ! Tu viens de plaindre que tu veux plus jamais revoir une scène de cul entre mec mais tu bande en les voyant ! tes pas mieux qu'eux au final !

Il semblait vaciller, il devait sûrement commencer à perdre l'usage de sa vue nette d'après les remarques de Satsuki, rien n'échappait à son oeil d'Infirmier, il fallait absolument qu'il l'arrête avant que quelque chose de grave ne lui arrive.

- Si tu veux une p** vas dans une école pour sal** , mais foux nous la paix avec ça !!

Il était étourdi, il tanguait, il aurait bu quelques litres d'alcool il aurait été dans le même état.

Hé stop ! Arrête ça si tu ne veux pas aggraver ton état !

Cette fois Satsuki haussa la voix, il n'était pas question qu'il laisse quelqu'un mourir devant lui. Il avait décidé de changer de voix, de revenir à autre chose qu'aux meurtres gratuits. Il ne demanda même pas son reste au blond, il le souleva et alla le poser sur un lit qui était libre. Il était si léger, il devait être de constitution fragile.

Maintenant tu vas te calmer un peu et c'est l'Infirmier qui te parle ! Tu as vu dans quel état tu te mets ? Tu crois que ton coeur va supporter ça bien longtemps ? Tu veux mourir ou quoi ?...Si c'est ton désir, sache qu'en tant qu'Infirmier de l'école je ne vais pas cautionner ce genre de chose. Tu vas te reposer maintenant et tu ne partiras que quand tu iras mieux. Et sache que je n'ai pas l'intention de te laisser partir d'ici, je vais rester jusqu'à ce que tu te sentes mieux. Alors habitue-toi à ma présence pour un petit temps jeune homme...et si tu bouges, je te préviens, je n'hésiterais pas à t'attacher sur ce lit !

Satsuki attrapa une chaise et s'assied à côté du lit du blond, guettant ses gestes, s'il avait envie de s'enfuir, il n'allait pas le laisser partir. Il était hors de question qu'il le fasse, tant pis s'il devait l'attacher par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Itsuki Nezumi

Messages : 40
Points : 42
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Où tu n'est pas ._.

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Jeu 5 Juil - 10:26

Je n'avait pas dit grand chose d'autre mais pourtant j'était déjà en possition pour en balançé tout un char d'insulte en direction du jeune roux qui malheureusement devant subir ma colère...J'en avait presque oublié l'idiots d'infirmier qui se trouvait a quelques pas de moi...Non mais j'était dans une telle rage que tout semblait allez de plus en plus vite tendis que de long étourdissement me prenais... Ce fut la voix de l'idiots au cheveux même qui me tira toutefois de mes songe haineux...

- Hé stop ! Arrête ça si tu ne veux pas aggraver ton état !

Je lanca un regard des plus noir en direction du bel infirmier l'unjuriant en silence tout en le regardant avec des yeux mauvais...Mais ila vait haussé la voix et c'était approché de moi ce qui me fit fermer les yeux et plaçé les mains sur mon visage comme s'il s'apprêtait à me frapper...Mais au lieu de çela il me souleva du sol provoquant chez un moi un hurlement entre la haine et la peur...je le roua de coup et m'assura de jigoté le plus possible jusqu'au moment où il me plaça dans le lit..Je le fusila du regard. il était vraiment hors de question que j'y reste...Je passa ma main sur les endroit qu'il avait touché comme pour enlevé une quelqu'onque traçe et je le fusila derechef. Puis il me sortit un grand monologue enmerdant au quel je n'eu visiblement qu'une seule réponse à lui fournir

- Vas te faire voir ! Toi et le Psyco vous êtes pareille au final..

j'était de plus en plus de mauvaise humeur ...Me faire dire que j'était obligé de resté me fesait sentir étrangement prissonner ...Comme si une fois le roux partie..quelqu'un alleit me sauter dessu et me...bref j'en avait déjà la nausé ..Il était donc hors de question que je reste à l'infirmerie...je devais partir et vite et ses pourquoi je sauta en bas du lit bien conscient de voir encore de maudit point noir...

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

«Vie ta vie et laisse les autres vivre la leur»
Tien toi loin de moi Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Kasumi Yamada

Messages : 56
Points : 52
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Jeu 5 Juil - 13:27

    Je déteste être en état de panique, car il y a toujours quelqu'un qui doit venir à mon secours pour me ressaisir. Non pas que je n'aime pas être aider, mais je n'aime pas embêter les gens. Là, c'était loupé. L'infirmier prit sur son temps de travail pour venir à mon encontre et me parler calmement. Comme un psychologue, mais en beaucoup moins rigide.

    - Tu sais il ne faut pas t’attendre à voir des couples mixtes dans un lycée pour garçons. Et puis chez des jeunes en pleine fleuraison, il est tout à fait normal pour eux d’exprimer librement leur sexualité. Il ne faut pas être choqué pour si peu.

    Il marquait un point. Il était tout à fait normal de ne pas voir de couples mixtes, et d'avantage dans cette école comme il s'agit d'un lycée réservé aux garçons. Je me repassais la scène érotique dans la tête, cogitant la dessus. Est-ce que je devais m'habituer à ça ? Une scène sexuelle, avec autant de violence et de bizarreries ? J'allais avoir du mal à m'y faire, j'en étais persuadée. Je suis trop sensible sur ce genre de chose, dans tous les sens du terme. Autant moralement que physiquement, si vous voyez ce que je veux dire. Si ce n'est pas le cas, j'explique : Ça me surprend, et mon penis se tend.

    Par contre, je n'étais pas d'accord au niveau de l'expression libre de la sexualité des jeunes adolescents. Comme l'infirmier l'avait précisé, nous étions dans un lycée, non pas dans une maison ou quelque chose de plus intime, alors ce n'était pas autorisé. Du moins, pas au niveau du règlement, ni au niveau de l'éthique. Dans un gymnase, que ce soit deux garçons, deux filles ou un couple hétéro, ça ne se fait pas. Question de respect et de bienséance.

    Prenant un siege derrière lui, le grand homme aux cheveux violets s'installa en face de moi. Il me dévisageait un peu, mais comme j'en faisais tout autant, je n'eus même pas l'idée de lui en tenir rigueur.

    - Tu aimes plus les femmes que les hommes, dis-moi ?

    Gros dilemme. J'en savais rien du tout, que dalle, nada. J'étais perdue, et c'est pour cette raison là que je m'étais si facilement laissée emportée par la panique. Les voir avait éveillé en moi quelque chose de nouveau, et je ne parle pas de mon pénis. Certes, je n'ai jamais été répugné par les couples homo, car je suis plus du genre à mater à un bon yaoi ou un yuri qu'un autre anime, mais c'est différent que de l'être. Il y a un faussé, un décalage enorme tout de même : Préférer ce style de manga à un autre, ça ne fait pas de nous un gay.

    Je réfléchissais à tout ça lorsque je fus tiré de mes songeries par un cri rageux. Le patient, debout, me hurlait dessus en se servant de ces dernières forces.

    - Tes con où quoi ? Retardé voir ?! Tes dans une école de mec bordel ! Tu viens de plaindre que tu veux plus jamais revoir une scène de cul entre mec mais tu bande en les voyant ! tes pas mieux qu'eux au final! Si tu veux une p** vas dans une école pour sal** , mais foux nous la paix avec ça!!

    Rouge, sur les nerfs, il perdait rapidement sa patience, et sa respiration. Sur le cul, je le fixais comme si il venait de m'enfoncer une lame en acier dans le coeur. Je le ressentais comme tel. Il m'avait parlé comme un vulgaire animal, comme un sous-être qui ne mérite pas de gentillesse. Il avait été trop direct, je lui reprochais, et de plus il avait très mal interprété mes propos, tout comme mon autre interlocuteur mais je ne lui en voulais pas à lui. Car il n'avait pas été méchant.

    - Hé stop ! Arrête ça si tu ne veux pas aggraver ton état ! Se levant de sa chaise, mon gentil interlocuteur s'en alla remettre à sa place le méchant. Il le porta, et le traina jusqu'à dans un lit, où il l'obligea à rester. Maintenant tu vas te calmer un peu et c'est l'Infirmier qui te parle ! Tu as vu dans quel état tu te mets ? Tu crois que ton coeur va supporter ça bien longtemps ? Tu veux mourir ou quoi ?...Si c'est ton désir, sache qu'en tant qu'Infirmier de l'école je ne vais pas cautionner ce genre de chose. Tu vas te reposer maintenant et tu ne partiras que quand tu iras mieux. Et sache que je n'ai pas l'intention de te laisser partir d'ici, je vais rester jusqu'à ce que tu te sentes mieux. Alors habitue-toi à ma présence pour un petit temps jeune homme...et si tu bouges, je te préviens, je n'hésiterais pas à t'attacher sur ce lit !

    - Vas te faire voir ! Toi et le Psyco vous êtes pareille au final..

    Je fronçai les sourcils. Qui était-il ce môme pour parler comme ça à tout le monde, et surtout à ses supérieurs hiérarchiques ? Son attitude ne me plaisait pas du tout, elle m'agacait, et dieu sait qu'il est rare que je sois énervée contre quelqu'un de la sorte. Je prends toujours en compte l'état dans lequel est la personne en habitude, etc... mais là, non. Hors de question d'avoir pitié de lui, et de l'excuser sous de faux prétextes superficiels.

    Sans plus attendre, je sortis de mon état de panique et le rejoignis pour m'arrêter net devant lui, et lui foutre une claque monumentale, les yeux je l'avoue, légèrement larmoyant. La frappe féminine la plus douloureuse de toute sa vie probablement, compte tenu du son qu'elle produit, et de la rougeur qu'elle lui causa à la joue.

    - Non mais tu te prends pour qui toi ? On est pas tes copains !

    Merci aux mamans pour cette réplique culte et cinglante.

    - Premièrement, je ne suis pas con, et encore moins un retardé, contrairement à toi qui ne sait même pas te contenir de gueuler et de retenir de tomber. Je suis bien consciens d'être dans une école de garçon, car j'y travaille en tant qu'homme à tout faire. Et je ne me plainds de rien. Je suis juste choqué, par la scène vue, oui, mais surtout par l'effet que ça m'a fait, si tu veux tout savoir ! Si j'aime les femmes plus que les hommes, il m'est difficile de le dire. Et tu sais pourquoi ? Parce qu'avant, j'étais l'une de ses "p**" ou "sal**" comme tu dis. Je suis devenue un homme par la suite, et j'ai toujours cru être plus attiré par les gros seins que par les boules, mais là, je suis perdu, et ça me fait paniquer ! lui balançai-je d'un coup avant de caler mes mains sur mes hanches. Excuse toi auprès de ton soigneur maintenant, qui sauve chaque jour des vies, au lieu de les détruire comme tu le fais ! Et auprès de moi aussi, car je ne méritais surement pas de me recevoir tout ça, surtout pas par un petit con attardé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Itsuki Nezumi

Messages : 40
Points : 42
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Où tu n'est pas ._.

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Jeu 5 Juil - 14:38

De nouvea hors de moi je me leva pour faire façe au mec au cheveux roux..finalement je n'avait pas laissé une seule seconde à l'infirmier dans le but qu'il m'attrappe et j'avais approché dangeureusement du garçons. Un regars haineux sur le vissae, les yeux brillant de magnifique et somptueuse flemme noir...

- Non mais tu te prends pour qui toi ? On est pas tes copains !

Un instant , j'arêta de respiré...Cela fesait longtemps...Que je n'avait pas ressenti ce genre de chose...Une brulure intérieur , une déchirure...Une soufrance enfuis caché au fond de moi même...Ma joue me fesait mal maintenant et ça éveillait en moi bien des choses...Je regarda le jeune roux tout en possant ma main sur ma joue un peu hébété puis repprenant mon air sérieux je revenue a moi. Non mais euh ! Je pouvait parfaitement lui retournée la question..Où ce que j'avais insinuer une quelqu'onque amitié premièrement ? Non mais tsé..Jamais je ne serais amis avec un idiots comme ça et puis des amis qui en avait vraiment besoin..Je le fusila du regard, prenait-il ses rêves pour la réalité? Qui serait amis avec des gamin simpliste comme lui ? Il n'était pas aussi désagrébale que le mec du hall mais quand même il était bien gonflé...

- Je ne vois même pas ce que ça viens faire dans la conversation...Espèce d'imbécile, si tu pense qu'un mec comme toi pourrais un amis tu te trompe royalement...Tu est trop..Simple d'esprits..

Je croisa les bras, le déviasgent , ma haine de flemme c'était transformée en épaix mur de glaçe...Mes mots sortait avec une certaine cruauté et j'avais du mal a en prendre conscience...depuis combien de temps en fait j'était ainis ? Sauvage, vulgaire et méchant ? Je respira et passa la main dans mes cheveux ...Non je n'était pas comme ça...non ...

- Premièrement, je ne suis pas con, et encore moins un retardé, contrairement à toi qui ne sait même pas te contenir de gueuler et de retenir de tomber. Je suis bien consciens d'être dans une école de garçon, car j'y travaille en tant qu'homme à tout faire. Et je ne me plainds de rien. Je suis juste choqué, par la scène vue, oui, mais surtout par l'effet que ça m'a fait, si tu veux tout savoir ! Si j'aime les femmes plus que les hommes, il m'est difficile de le dire. Et tu sais pourquoi ? Parce qu'avant, j'étais l'une de ses "p**" ou "sal**" comme tu dis. Je suis devenue un homme par la suite, et j'ai toujours cru être plus attiré par les gros seins que par les boules, mais là, je suis perdu, et ça me fait paniquer ! Excuse toi auprès de ton soigneur maintenant, qui sauve chaque jour des vies, au lieu de les détruire comme tu le fais ! Et auprès de moi aussi, car je ne méritais surement pas de me recevoir tout ça, surtout pas par un petit con attardé !

Une lueur de soufrance traversa quelques seconde mon regard, le il était en fait un elle ? C'était une nana au départs...Elle avait voulu changé de vie...peut être avait-elle détesté son corps elle aussi...comme moi je me détestait ..bon peut être pas au même degré parceque moi c'était hors de question que je change de sexe..mais elle elle l'Avait fait...Une pointe de respects passa dans mes yeux qui semblère se calmé un instant...Je ressentais du respect...du respect envers ce mec...Je grimaça m'en rendant compte... Il était un imbécile..Je ne pouvait respecté un imbécile...

- Oh et tu trouve ça mieux toi ? Ça avait l'air d'être la fin du monde y'a même pas 5 minute , tu disais que tu voulais plus en voir et blabla et maintenant du dit que t'était seulement surprise d'être sous le choc... ?! Je trouve ça con moi...digne d'un imbécile...

Fallait avoué que d'un côté j'était incapable de ressentir quoi que ce soit...Les sentiments m'était completement étranger...Apparts souffrance , haine , dégout ...qu'est ce que je connaissait...Je soupira je n'avait même pas parler du fait qu'il était une fille avant et je n'avais pas vraiment l'intention d'en parler...c'était trop cruel a mon gout et puis pourquoi viendrais je parler d'un sujet qui m'imposait ..respect...Je grimaça...

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

«Vie ta vie et laisse les autres vivre la leur»
Tien toi loin de moi Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 20
Points : 28
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Ven 6 Juil - 3:49

La situation avait totalement dérapée à l'infirmerie, il fallait bien l'avouer, entre le blond qui en voulait à tout le monde, le rouquin qui avait été choqué par une scène d'ébats entre deux jeunes...le pauvre Satsuki ne savait où donnait de la tête. Le blond s'était énervé après le rouquin, lui balançant des phrases pour le moins blessantes, Satsuki n'avait eu d'autre choix que de le soulever et aller le poser sur un lit. Il prit ensuite une chaise et s'assied à côté du lit. Le jeune blond s'était ensuite essuyé partout où l'avait touché Satsuki, ce dernier se rendant compte, qu'il était si haï à ce point. Cela ne l'offusqua pas le moins, il avait l'habitude d'être détesté, déjà quand il faisait ses expériences sur les êtres humains, déjà il s'entendait que c'étit un psychopathe sans coeur, là il passait pour un pestiféré. Il prit sur lui et ne montra rien, même lorsque le blond l'avait rouillé de coups lorsqu'il l'avait soulevé. Satsuki n'était pas du genre à se vexer pour un rien, loin de là. Lorsqu'il posa le blond dans le lit, il lui stipula bien qu'il n'avait pas l'intention de le laisser partir dans son état et qu'il devait se calmer s'il voulait sortir de cette salle. Le jeune semblait n'avoir rien à faire de ce qu'on lui disait, il était encore dans son état de rage.

- Vas te faire voir ! Toi et le Psyco vous êtes pareille au final..

C'était évident, ce garçon haïssait qu'on s'occupe de lui. Contre tout attente, le jeune rouquin après avoir entendu le blond envoyer balader Satsuki s'approcha de lui et lui mit une gifle mémorable. Elle raisonna dans toute la pièce, Satsuki surpris par le geste, se releva de sa chaise et fixa le rouquin qui était en colère.

- Non mais tu te prends pour qui toi ? On est pas tes copains !

Balança le rouquin, après avoir giflé le blond.

- Premièrement, je ne suis pas con, et encore moins un retardé, contrairement à toi qui ne sait même pas te contenir de gueuler et de retenir de tomber. Je suis bien consciens d'être dans une école de garçon, car j'y travaille en tant qu'homme à tout faire. Et je ne me plainds de rien. Je suis juste choqué, par la scène vue, oui, mais surtout par l'effet que ça m'a fait, si tu veux tout savoir ! Si j'aime les femmes plus que les hommes, il m'est difficile de le dire. Et tu sais pourquoi ? Parce qu'avant, j'étais l'une de ses "p**" ou "sal**" comme tu dis. Je suis devenue un homme par la suite, et j'ai toujours cru être plus attiré par les gros seins que par les boules, mais là, je suis perdu, et ça me fait paniquer !

Il cala ses mains à ses hanches en lui lança cette phrase.

- Excuse toi auprès de ton soigneur maintenant, qui sauve chaque jour des vies, au lieu de les détruire comme tu le fais ! Et auprès de moi aussi, car je ne méritais surement pas de me recevoir tout ça, surtout pas par un petit con attardé !

Il en avait à revendre le jeune rouquin aussi, autant que le blond, la situation tournait à la catastrophe.

- Oh et tu trouve ça mieux toi ? Ça avait l'air d'être la fin du monde y'a même pas 5 minute , tu disais que tu voulais plus en voir et blabla et maintenant du dit que t'était seulement surprise d'être sous le choc... ?! Je trouve ça con moi...digne d'un imbécile...

Il fallait absolument que cette situation s'arrête, en bon adulte, Satsuki s'interposa.

Kasumi, tu es bien Kasumi Yamada me semble-t-il ?, demanda-t-il au jeune rouquin en le fixant avec un regard sérieux. Je crois que le jeu n'en vaut pas la chandelle, s'il veut mourir laisse-le. D'ailleurs, la porte est ouverte, tu peux partir quand tu veux, je ne te retiendrais pas , lança-t-il au blond avec une pointe d'indifférence comme s'il en n'avait rien à faire de ce qui pouvait lui arriver ensuite. Se chamailler ici pendant des heures ne résoudra rien du tout et puis vous savez j'ai l'habitude d'entendre des adjectifs pas très agréables lancés à mon encontre. Après avoir fait des choses, donc je ne suis pas toujours fier, j'ai été haï par plusieurs personnes et aujourd'hui, ce genre de ressentiments me passe par-dessus la tête. Donc si tu penses que ta misérable vie ne vaille pas la peine qu'on s'en préoccupe, je t'en prie, la porte est par-là-bas...

Satsuki montra du doigt la porte de sortie, il en avait disons-le marre de cette situation.

Si je suis devenu Infirmier, c'est avant tout pour aider les autres, mais si mon aide n'est utile nulle part, je n'insisterais pas !...On dirait bien que je me suis peut-être encore trompé de voix cette fois aussi...Où donc est ta place Satsuki Takuma ? Nulle part sans doute...

C'est avec une pointe de tristesse dans les yeux que le jeune Infirmier s'éloigna des deux jeunes. Pour la première fois de sa vie, il se sentait inutile, incapable, impuissant...Il alla en direction de son bureau, attrapa une pile de dossiers qui était sur une étagère et la déposa sur son bureau. Il s'assied ensuite sur sa chaise et commença à farfouiller dans les dossiers, se faisant oublier par la même occasion. Décidément le sort était contre lui, il avait pris la décision de faire de son possible pour le bien et voilà qu'il avait l'impression que quoi qu'il ferait, jamais il ne ferait quelque chose de bien dans sa vie. Cette pensée l'offusqua et il fallait bien dire qu'il en fallait beaucoup pour offusquer cet homme cynique. Il ouvrit le dossier, c'était celui d'un élève, il y'avait sa photo en début et après toutes les informations le concernant. Il le passa en revue et le posa à côté, puis prit un autre dossier et ainsi de suite, jusqu'à tomber sur le dossier du jeune blond qui était à l'infirmerie. Satsuki jeta un regard interrogateur au blond, sur son dossier c'était marqué que c'était une personne très fragile, comme Satsuki s'en était douté en le voyant la première fois. Il ne dit rien, puis commença à feuilleter le reste du dossier. Il ne parlait pas et comptait laisser ce jeune blond tranquille, s'il avait envie de se tuer tant pis, la vie humaine était si fragile. Satsuki qui avait cotoyé des cadavres et tout le reste ne le savait que trop bien, s'il voulait la raccourcir pour des broutilles c'était dans son droit. Après tout chacun avait le droit de faire ce qu'il voulait de son existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Kasumi Yamada

Messages : 56
Points : 52
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Ven 6 Juil - 15:14

    - Oh et tu trouve ça mieux toi ? Ça avait l'air d'être la fin du monde y'a même pas 5 minute , tu disais que tu voulais plus en voir et blabla et maintenant du dit que t'était seulement surprise d'être sous le choc... ?! Je trouve ça con moi...digne d'un imbécile...

    Nianiania, qu'est ce qu'il était impertinent celui-là ! J'avais envie de lui remettre une claque, et une encore plus belle que la première. Il me soûlait à chercher de quoi me blesser. Il me reprochait ma réaction subite et incontrolée, comme si jamais de sa vie, en état de panique, il avait divagué de la sorte. Bon c'est vrai, je l'avoue, j'avais un peu abusé, mais qu'est ce que j'y pouvais moi, hein ? Ça se controle pas ce genre de chose, ni les sentiments qui en sont la source. Fronçant les sourcils derechef, j'étais prête à le réprimander, et bien comme il faut. Sauf que l'infirmier me coupa dans mon élan, s'interposant entre nous deux pour calmer un peu le jeu.

    - Kasumi, tu es bien Kasumi Yamada me semble-t-il ? me demanda-t-il.

    Question à laquelle je répondis positivement en hochant vivement la tête.

    - Je crois que le jeu n'en vaut pas la chandelle, s'il veut mourir laisse-le, continua-t-il avant de s'adresser au blond. D'ailleurs, la porte est ouverte, tu peux partir quand tu veux, je ne te retiendrais pas. Se chamailler ici pendant des heures ne résoudra rien du tout et puis vous savez j'ai l'habitude d'entendre des adjectifs pas très agréables lancés à mon encontre. Après avoir fait des choses, donc je ne suis pas toujours fier, j'ai été haï par plusieurs personnes et aujourd'hui, ce genre de ressentiments me passe par-dessus la tête. Donc si tu penses que ta misérable vie ne vaille pas la peine qu'on s'en préoccupe, je t'en prie, la porte est par-là-bas... Il montra ensuite du bout de son doigt la porte. Avec un ton beaucoup plus triste, il termina sa tirade : Si je suis devenu Infirmier, c'est avant tout pour aider les autres, mais si mon aide n'est utile nulle part, je n'insisterais pas !...On dirait bien que je me suis peut-être encore trompé de voix cette fois aussi...Où donc est ta place Satsuki Takuma ? Nulle part sans doute...

    Le pauvre... il avait l'air tellement triste et dépité. Ça me faisait carrément plus mal de le voir ainsi que de l'être moi-même. Si il y a bien quelque chose que je deteste, c'est de voir les gens souffrir, sans rien pouvoir faire. Là, néanmoins, je pouvais faire quelque chose. Une personne ne peut pas être heureuse en ne sachant pas où est sa place, en se sentant de trop ou encore inutile. Et le fait de voir qu'un infimier était malheureux de ça, me fendait réellement le coeur. Il aide les gens et n'est pas aidé. L'amour, ça doit être reciproque, et aller dans les deux sens, sinon c'est la solitude dure et froide qui nous accompagne, et le malheur rend nos journées plus grises. Hors de question de laisser tel quel. Il fallait que je fasse quelque chose pour lui, que je lui rappelle son importance.

    - N'importe quoi ! Peu importe ce que vous avez fait auparavant, peu importe ce qu'on vous a dit, si aujourd'hui vous êtes un homme bon, vous méritez d'être considéré comme un homme bon ! Ne vous laissez pas maltraiter ! Votre aide est utile, une aide est toujours utile ! La preuve, il y a quelques instants, j'étais dans un état de panique, et juste en me prêtant de l'attention, vous avez réussi à me calmer. Vous êtes utile ! Tout le monde est utile ! Il suffit de tendre la main aux autres, et si on ne vous la donne pas, passez votre chemin, mais n'acceptez pas les mauvaises critiques ! Et quant à toi... posant mes yeux bleu marine dans ceux du blond, je lui dis : Arrête de te servir des autres comme punching-ball. Si tu as de la haine, contre quelqu'un en particulier, un fait, ou même la vie, débrouille-toi pour la contenir ou l'extérioriser personnellement. Tu as peut-être souffert mais ça ne t'autorise pas à traiter les autres comme des sous-merdes, et à te servir d'eux pour te soulager. Ca ne changera rien ! Absolument rien ! Tu leur feras juste subir ce que toi tu as pu subir, et ça vois-tu, je trouve que c'est d'un égoisme et d'un sadisme sans fin. Donne ta main à ceux qui te la tendent, il n'y a que ça qui apaisera ton coeur, faire des plaies sur ceux des autres ne t'apportera rien de correcte, si ce n'est que de la hauteur dans tes vices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Koro Juùrii

Messages : 82
Points : 92
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 24

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire, babe.
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Ven 6 Juil - 19:01

    ( Je ne fais que de passer, désolé si je fais les actions de Satsuki, c'est juste pour une histoire de médoc :3 )

    Le brun avait parcourus les couloirs d'un pas rapide en grinçant les dents, marmonant des insultes au professeur qui avait osé profiter de lui. Il sentais en plus le gout de sang dans sa bouche. Soupirant, il faisait un saut premièrement dans sa chambre pour prendre des vêtements propres ainsi que ses affaires de toilettes. Il allait ainsi se laver aux douches communes puis après ceci fait, il s'habilla et allait de nouveau dans la chambre. Malheureusement, il n'avait plus aucun cachet pour le coeur. Assez desesprere, il sortait alors de la chambre en posant une main devant sa bouche pour s'empêcher de cracher du sang devant tout le monde. Putain, on croirais que je veux vomir ! Il se dirigeais alors vers l'infirmerie et voyait qu'il y avait du monde , dont son 'ami' le blond qui avait l'air de forte méchante humeur et en piteuse état. Ce qui réjouissait Koro qui souriais doucement en voyant cette scène. Il se faisait disputer par l'infirmier aux cheveux violet et par un jeune homme... Non.. Ah fait chier. C'était celui qui avait vue le professeur abuser de Koro, celui-ci espérais qu'il ne le reconnaisse pas mais c'était perdu d'avance ! Reprenant alors un air blaser, il tournais sa tête vers l'infirmier puis entrais dans l’infirmerie. Un pas de fat, il allait par la suite se précipité vers un lavabos le plus proche afin d'aller recracher une bonne quantité de sang. Dégueulasse, vraiment immonde. Il se redressais ensuite en s'essuyant la bouche d'un revers de main, tournant sa tête vers l'infirmier avant de sortir sa boite de médicament de sa poche. Il lui tendit un petit instant en le regardant avec son air d'indifferant. Il restait neutre même à la voix, pour une fois il cherchais pas l'emmerde, surtout qu'il risquais de se faire perdre sa crédibilité à n'importe quel moment.

    «
    Avez-vous ce genre de médicament ici ? »

    Il insinuais dans ses propos que généralement dans les écoles il n'y avait pas tant de médicament que ça. Il trouvait cette école trop banal pour lui, il l'a trouvait pas à son gout et pas assez impressionnante.. L'infirmier prenait la boite de médicament dans ses mains, la regardant dans tout les angles et bien sûr, n'oubliant pas de regarder le nom de la boite. C'était avant-tout pour son coeur, pour l'empêcher de faire des crises, n'importe quelles crises qui pourrait l'amener à la mort certaine. Il lui faisait signe que non, qu'il fallait avant tout une fiche médical signer par un médecin. Koro soupirait, prenant la boite de médicament d'un geste sec des mains de l'infirmier. Tous des incapables ! Il regardait du coin de l'oeil le blond qui tenait plus debout, un nouveau sourire sadique apparu.

    «
    Fait attention à ne pas crever petit.. Quoi que... ça ferait une belle jambe à un bon nombres de personnes à mon avis... » Dit-il d'un ton sarcastique en se tournant ensuite vers l'infirmier qui lui donnais pour l'instant des sortes de calmant beaucoups mons fort que les médicament que Koro prenait juste avant pour le coeur. « Mouais.. Je pouvais m'attendre à quoi de toute façon venant de cet endroit. Merci. »

    Il tournais par la suite les talons et partais alors de l'infirmerie sans écouter rien ni personne. Il traversais les couloirs en prenant les deux cachets de la boite qu'avait donner l'infirmier tout en se dirigeant vers sa chambre, il fallait qu'il dorme à présent.

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 20
Points : 28
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Sam 7 Juil - 11:35

(Ha Koro pas grave , fais comme chez toi x))

La situation qui avait dérapé, avait plus qu'énervé Satsuki, s'il ne pouvait son aide, à quoi bon pouvait-il servir ? Tant pis si le blond le voulait, il laisserait sa misérable vie s'en aller, ce n'est en tout cas pas Satsuki qui allait l'empêcher de disposer de sa vie comme il l'entendait. Sûrement pas, Satsuki avait vu mourir et lui-même avait du tué plusieurs personnes pour l'avancée de la science à l'époque, aujourd'hui, il regrettait ce qu'il avait fait, car il avait fini par se rendre compte que la vie humaine était importante et qu'on se devait de la maintenir et non la prendre en si peu de considération. Satsuki était allé vers son bureau, après avoir stipulé avec indifférence au blond qu'il pouvait s'en aller car la porte était ouverte. Il en avait marre, ça se voyait, il n'insista donc plus et alla s'occuper de ses affaires. Assis sur son siège en train de consulter les dossiers des élèves, il entendit le jeune Kasumi lui dire une phrase des plus réconfortantes.

- N'importe quoi ! Peu importe ce que vous avez fait auparavant, peu importe ce qu'on vous a dit, si aujourd'hui vous êtes un homme bon, vous méritez d'être considéré comme un homme bon ! Ne vous laissez pas maltraiter ! Votre aide est utile, une aide est toujours utile ! La preuve, il y a quelques instants, j'étais dans un état de panique, et juste en me prêtant de l'attention, vous avez réussi à me calmer. Vous êtes utile ! Tout le monde est utile ! Il suffit de tendre la main aux autres, et si on ne vous la donne pas, passez votre chemin, mais n'acceptez pas les mauvaises critiques ! Et quant à toi...

Kasumi venait de dire une phrase à Satsuki, qu'il n'avait jamais entendu à son égard, jamais autant de mots gentils n'avaient été prononcés à son encontre. Même ses amants n'avaient jamais été aussi gentils avec lui, ils traitaient Satsuki comme quelqu'un d'étranges, malgré qu'ils couchaient ensemble, ils n'avaient jamais eu un mot de tendresse pour lui. Ils se considéraient comme des objets aux yeux de l'homme aux nombreuses conquêtes et aux nombreuses histoires sans lendemain. Satsuki esquissa un léger sourire, malgré ce que venait de dire Kasumi, il ne changea pas totalement d'avis sur lui, il était mauvais et il le savait. Il faisait certes le bien, mais au fond il savait qu'il était quelqu'un de mauvais, on lui avait déjà assez répété. Kasumi posa ensuite ses yeux sur le blond, continuant dans sa lancée.

- Arrête de te servir des autres comme punching-ball. Si tu as de la haine, contre quelqu'un en particulier, un fait, ou même la vie, débrouille-toi pour la contenir ou l'extérioriser personnellement. Tu as peut-être souffert mais ça ne t'autorise pas à traiter les autres comme des sous-merdes, et à te servir d'eux pour te soulager. Ca ne changera rien ! Absolument rien ! Tu leur feras juste subir ce que toi tu as pu subir, et ça vois-tu, je trouve que c'est d'un égoisme et d'un sadisme sans fin. Donne ta main à ceux qui te la tendent, il n'y a que ça qui apaisera ton coeur, faire des plaies sur ceux des autres ne t'apportera rien de correcte, si ce n'est que de la hauteur dans tes vices.

Si jeune et déjà, plein d'entrain et de maturité. Il était très intéressant ce garçon, c'était certain. Il irait loin avec des convictions ainsi, Satsuki en était persuadé, alors que Satsuki attendait la réaction du blond dénommé Itsuki Nezumi, à l'encontre de Kasumi, il aperçut un jeune brun entrer à l'infirmerie. Ce dernier venait chercher des médicaments pour son coeur, il semblait connaître Itsuki, car il lui sortit une phrase des plus inattendrissantes que celles de Satsuki.

- Fais attention à ne pas crever petit.. Quoi que... ça ferait une belle jambe à un bon nombres de personnes à mon avis...

Avait-il lancé à Itsuki avec un ton des plus sarcastiques. On avait toujours dit à Satsuki qu'il qu'il n'avait aucun tact, mais là ce garçon battait le record. Satsuki s'était calmé, il n'aurait pas osé dire ce genre de phrase à un malade et lui, l'avait fait. Quelle audace, décidément il y'avait des têtes intéressantes dans cette école, finalement Satsuki sentait qu'il allait se sentir bien ici. Le jeune se tourna ensuite vers Satsuki, qui lui tendit des calmants pouvant remplacer pendant un petit moment ces médicaments, comme il n'en avait pas de ressemblant sous la main. Le jeune prit les médicaments, puis remercia Satsuki, avant de tourner les talons pour s'en aller. Après le départ du jeune brun, Satsuki s'adressa à Kasumi.

Bon je crois qu'on va arrêter la discussion lourde ici... Dis, Kasumi-chan, vu que tu es l'homme à tout faire de l'école, pourrais-tu me rendre un pe-tit se-r-vi-ce s-il-te-plait ?

La voix de Satsuki était d'une douceur, on aurait dit une jeune fille toute douce qui demande une faveur à un garçon. Satsuki comptait bien oublier ce petit moment désagréable passé avec le blond, il fallait que l'ambiance change et devienne plus détendu, il ne trouva donc rien à faire que de parler comme une jeune fille à Kasumi, en plaçant sensuellement son doigt devant sa bouche et en faisant un clin d'oeil au rouquin, comme s'il tentait de le séduire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Itsuki Nezumi

Messages : 40
Points : 42
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Où tu n'est pas ._.

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Sam 7 Juil - 17:18

J'avala tout simplement difficilement, étrangement , les parole de l'acienne jeune fille me firent l'effets d'un poignard et ce pour une raison que je ne connaissais pas du tout...J'étais tout simplement choqué mes yeux qui était jadis emplis d'une haine noir changèrent pour une douleur attroce tendis que mon regard vaquais dans le néant...Plus aucune parole ne m'attégnire , je n'entendais plus rien sauf l'écos de mon propres coeur qui battais. J'observais cette où du moins ce mec au cheveux roux puis l'infirmier ..conscient que mes paroles avait peut être dépassé les bornes...j'avais du mal à le reconnaitre mais je devais avouée que j'avais chercher tout ça...C'était pourtant plus fort que moi , les mots sortait de ma bouche comme des poignard asséré et ce sans même que je m'em appercoive...et dire de simple excuse ne pourais rien faire pour changé la situation pourtant...j'hésitait..J'étais plus calme mais je tremblais, j'avais blessé quelqu'un qui même si il avait l'air très louche ne m'avais rien fait du tout et qui par dessu toute la ligne avait voulu m'aidé et j'avais attaqué injustement quelqu'un que je ne connaissais pas qui ne méritait surement pas cela.. Quelques chose atira ensuite mon attention, encore lui ! Je le regarda et ne lui adressa pas la parole, je détourna simplement les yeux aussi froidement que possible attendant qu'il sorte...je n'avais plus droit de dire quoi que se soit...et j'avais trop mal pour partir de l'infirmerie...Une fois que le stupide gamin eu quitté la pièce j'ouvris la bouche puis la referma, hésitant , une expression douloureuse sur le visage , je m'inclina...

- Je sais que ...vous n'accepterez pas mais... Je suis..désolé...

Combien en coutait-il a mon oregeuil d'après vous pour faire ce genre de stupidité..Beaucoup. Je me sentais honteux , me détestant encore deux fois plus , je me releva , avalant dificilement, j'avais peur d'un côté...J'aurais bien aimé qu'ont me frappe ..c'était toujours comme ça.chaque fois que je revenais a moi dans ce genre d'isntant de faiblesse, je me sentait si mal que tout ce qui me passais par la tête était d'expié avec des douleurs physique..mais générlement je n'en n'avait pas le temps car peu de temps après tout recommençait de plus belle..Peut être qu'au final j'aurais vraiment besoin du psy... je trésaillit autre chose qui en coutait beaucoup...Je baissa les yeux vers le sol... marmonant presque mes mots visiblement gêné...

- Elle...enfin il..à raison, vous n'avez rien fait de mal..vous n'êtes pas un psycopathe...vous êtes juste, un homme ...aimable un peut trop niais qui à voulu aidé un ....

Je chercha le bon mots, une insulte a mon égard incapable de trouver puis un mots me parru convenable..

- Un gamin méprisable...Toi non plus tu ne méritais pas mes paroles...

Je m'inclina de nouveau devans le roux et releva les yeux...

- Tu est..plus courageux que moi..plus fort mentalement aussi...

Je ne savais plus quoi dire, j'était visiblement gêné...Je savais que mes paroles avait sans doute fait chelou et que visiblement on ne me pardonnerais pas du tout...Je m'approcha de l'endroit où j'avais posé les médicament...Ma tête me fesait très mal , je devais les prendres... Je regarda l'infirmier les yeux brillant d'inquiétude et de peur...

- Vous...les avez pas..en injection ...où en siro ?

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

«Vie ta vie et laisse les autres vivre la leur»
Tien toi loin de moi Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Kasumi Yamada

Messages : 56
Points : 52
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Dim 8 Juil - 7:13

    Contre toute attente, mes paroles eurent de l'effet. Et de l'effet positif. Je pouvais percevoir dans les yeux de mes interlocuteurs, l'impact que mes quelques mots eurent sur leur personne. Ils étaient comme déboussolés, surtout Itsuki. Et quand il voulut parler, chose que je redoutais, un adolescent entra et se permit de balancer des pics à un peu tout le monde, comme notre blessé un peu plus tôt. Sauf que ce n'était pas n'importe quel adolescent celui-là. Il avait probablement des raisons valables, du moins pour cette fois-là, d'être médisant sur les bords. C'était " l'homme en dessous ". Celui qui avait couché avec l'homme au dessus, quoi. Je ne pus m'empêcher de me poser encore des questions, et de me repasser la scène. Est-ce que c'était vraiment une scène d'amour sadomasochiste, ou s'était-il fait violer ? Impossible de le savoir sur le tas. Il était froid, un livre fermé, qu'on ne peut lire que de l'extérieur, et encore. Impassible, c'est le mot juste. Il demanda à Satsuki, l'infirmier, une boite de médicament spéciale. De ma place, je la vis. Il s'agissait d'un carton rempli de cardonne B12 (C: Inventé o/) des pillules très puissantes pour guérir les maux de coeur. Mais Satsuki réfuta. L'infirmerie n'en possédait point. Ce n'était pas plus mal d'un côté, car les effets et les conséquences appliqués à celui qui les prend sont dangereuses. Ça avait d'ailleurs fait polémique l'année précédente. Rageant, il s'en alla néanmoins sans insister d'avantage. De toute façon, ça n'aurait servi à rien.
    La conversation reprit alors son cours, tout à fait normalement. Ou presque.

    - Je sais que ...vous n'accepterez pas mais... Je suis..désolé...

    Cette surprenante déclaration nous troubla, nous : membres du personnel. Il s'excusait. Ça devait lui faire un mal fou, mais quel bien je ressentis en l'entendant ! Je lui prêtai toute mon attention, les yeux et le sourire joyeux.

    - Elle...enfin il..à raison, vous n'avez rien fait de mal..vous n'êtes pas un psycopathe...vous êtes juste, un homme ...aimable un peut trop niais qui à voulu aidé un .... Un gamin méprisable...Toi non plus tu ne méritais pas mes paroles... Tu est..plus courageux que moi..plus fort mentalement aussi...

    Bon, ce n'était pas les plus plates excuses du monde, mais c'était amplement suffissant. Il semblait cela dit abattu tout à coup. Comme si parler de la sorte l'avait considérablement affaibli. Avec peine et misère, il s'avanca vers son lit de convalescence, et planta son regard fragilisé dans celui de son soigneur, l'attitude agréablement changée.

    - Vous...les avez pas..en injection ...où en siro ?

    C'était kawai. Vraiment trop mignon. Mon rictus exprimant ma joie s'étira.

    - Tu as du mal à avaler les comprimés ? Si tu veux, on peut te l'écraser et le mettre dans un yaourt, lui lançai-je toute sourire, avant de m'approcher de lui et de lui ébouriffer tout gentiment les cheveux. J'étais très fière de lui, très contente aussi. Il se montrait au jour le jour, enfin c'est l'impression que ça me donnait. J'en étais ravie, j'aimais cette personne cachait derrière son masque méprisable.

    - Tu es très courageux toi aussi tu sais ! Assumer ses mauvais choix, et exhiber ses faiblesses, ce n'est pas mince à faire ! ...Tu es tout pardonné

    Je retirai ensuite ma main de ses cheveux, n'abandonnant pas mon sourire. Et Satsuki m'interpella, se mettant dans une drôle de position. Qu'est ce qu'il allait me dire ?

    - Bon je crois qu'on va arrêter la discussion lourde ici... Dis, Kasumi-chan, vu que tu es l'homme à tout faire de l'école, pourrais-tu me rendre un pe-tit se-r-vi-ce s-il-te-plait ?

    Les yeux ronds, j'eus un moment d’absence. A quoi jouait-il à imiter une jeune fille en train de draguer un tier ? En tout cas, après le silence qui s'imposa, mon rire éclata face à ça. Ça me gena un peu, car si il y a bien quelque chose qui trahit mon sexe d'origine, c'est ma voix, et en l’occurrence, plus précisément mon rire. J'ai beau avalé toute sorte de chose pour la rendre plus grave, quand je rigole, c'est la Kasumi d'avant qu'on entend. Je l'etouffai vivement en plaçant une main devant ma bouche. Ça ne marcha pas dans l'immédiat, mais après une dizaine de secondes même pas, j'en fus remise... plus ou moins, mais assez pour pouvoir reprendre la discussion sans avoir l'air d'une demeurée.

    - Bien sur, soufflai-je en essuyant mes bas cils qui s'étaient humidifiés, ayant la fâcheuse tendance à verser des larmes dès que je me bidonne ne serait-ce qu'un peu. En quoi puis-je t'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 20
Points : 28
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Dim 8 Juil - 12:47

Après que Kasumi se soit mis sur les nerfs et qu'il ait bien fait comprendre au jeune Itsuki Nezumi que le monde qui l'entourait n'était pas qu'obscurité, ce dernier s'était contre tout attente, excusé. Son comportement n'avait pas été des plus convenables, il en avait pris conscience, il ravala donc sa fierté et s'excusa. En ce qui concernait Satsuki il n'avait que faire qu'Itsuki s'excuse ou pas, il ne lui dit rien d'ailleurs. Itsuki s'était senti dépourvu.

- Vous...les avez pas..en injection ...où en sirop ?

Demanda-t-il à Satsuki, qui était toujours assis sur son bureau en train de consulter les dossiers des élèves. L'infirmier le fixa d'un regard étrange, puis comprit qu'il devait agir en adulte lui aussi. Kasumi avait bien entendu proposé de lui écraser les médicaments et de les mettre dans un yaourt, mais Satsuki se doutait que cela ne se faisait pas, si une personne n'avait pas envie de prendre des médicaments sous forme de comprimés, il y'avait d'autres moyens de les lui faire prendre, en sécable, en injection ou en sirop comme il le disait si bien. Satsuki regarda dans la boîte à pharmacie derrière lui, il attrapa un flacon et le lança à Itsuki.

Tiens tu as de la chance l'un des médicaments que je t'ai proposé tout à l'heure est en sirop, par contre l'autre tu n'as pas le choix, il n'est qu'en comprimé, puisque pour l'instant je n'ai pas prévu le nécessaire pour les injections. Il faudra vraiment que je me mette à la page, reviens un peu plus tard, d'ici là il y'aura certainement le matériel nécessaire pour les injections, en attendant pourquoi ne pas faire comme l'a suggéré Kasumi, les écraser et les mettre dans un yaourt ?

Après avoir parlé gentiment à Itsuki, il se retourna vers Kasumi qu'il avait aguiché. Ce dernier avait ri en entendant Satsuki lui faire du charme, son rire était pareil à celui d'une jeune fille.

Eh bien tu ne mentais pas en disant que tu étais une fille avant...rassure-toi, je voulais juste te demander de venir m'aider ici de temps en temps, si tu ne vois pas d'inconvénient. Vois-tu comme j'ignore où a été se fourrer mon Assistant, j'aurais besoin de quelqu'un pour m'aider à ranger quelques affaires ici et à mettre de l'ordre dans les dossiers. Tu veux bien ?

Satsuki avait dans l'idée que Kasumi accepte d'être son homme à tout faire, comme ça il le verrait régulièrement et pourrait constater quel genre de garçon il était devenu maintenant qu'il était un garçon et plus une fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Itsuki Nezumi

Messages : 40
Points : 42
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Où tu n'est pas ._.

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Lun 9 Juil - 3:26

- Tu as du mal à avaler les comprimés ? Si tu veux, on peut te l'écraser et le mettre dans un yaourt,

Les mêtres dans un aliment..tien sa pourrais peut être marché...Je n'y avais jamais vraiment songé en fait...J'aquesa du regard tout en continuant d'observé mes médoc comme si j'était d'un côté fasciné et de l'autre appeuré.

- Tu es très courageux toi aussi tu sais ! Assumer ses mauvais choix, et exhiber ses faiblesses, ce n'est pas mince à faire ! ...Tu es tout pardonné

Je regarda Kasumi, les yeux grand comme des balles, Comment pouvait-il pardonner ? Tout le monde de Normal aurait du faire la tête où me donner une grosse baffe. Voir encore m'insulté durement..Mais lui, il n'en fesait rien..Il me pardonais tout simplement come ça et en profitait pour me dire que j'était courageux alors que généralement j'était un vrais lache... Je baissa le regard encore un peu honteux mais une faible lueur de bonheur avait fait quelques peu son apparition c'était étrange...

- Tiens tu as de la chance l'un des médicaments que je t'ai proposé tout à l'heure est en sirop, par contre l'autre tu n'as pas le choix, il n'est qu'en comprimé, puisque pour l'instant je n'ai pas prévu le nécessaire pour les injections. Il faudra vraiment que je me mette à la page, reviens un peu plus tard, d'ici là il y'aura certainement le matériel nécessaire pour les injections, en attendant pourquoi ne pas faire comme l'a suggéré Kasumi, les écraser et les mettre dans un yaourt ?

Je fixa les médicament un long moment...Jamais de ma vie je n'avais pris de comprimer... Je soupira regardant l'infirmier me donner une bouteille de siros... J'allais devoir avalé quand même non ? Je grimaça, le siros c'était correcte, bien que je n'avais jamais pris de médicament de ma maudite vie où presque, le siros j'était sur de pouvoir le faire...mais le comprimer...Pour une raison quelqu'onque ne m'inspirais pas confiance...Mais peut être que comme l'infirmier et Ka..Kasumi l'avait dit dans du yaourt ça passerais mieux... Je pris la bouteille entre mes mains et j'eu le sentiment d'être un abrutit...Devais je tout boire ? Le boire à la bouteille ? Attendre qu'ont m'offre un verre ? Tant de chose se bousculait dans ma tête tendis que je cherchait une façons de prendre mon siro magique...

- Dite...


Je me retourna encore vers le médecin scolaire, généralement lorsque j'était malade je n'était plus conscient au moment de la prise de médoc... Mais là...

- Comment ont fait..pour...prendre ça ?

J'avais l'air tout bêtement malalaise puis je regarda Kasumi à nouveau... m'approchant un peu de lui laissant ma bouteille sur la table...

- Je n'ai jamais avaler de comprimer...

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

«Vie ta vie et laisse les autres vivre la leur»
Tien toi loin de moi Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Kasumi Yamada

Messages : 56
Points : 52
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Lun 9 Juil - 14:09

    Satsuki lança le sirop à Itsuki qui le rattrapa de justesse. Il lui expliqua que le second médicament à lui administrer n'existait pas autrement qu'en comprimé, et étant donné qu'il n'avait pas le matériel nécessaire sous la main pour lui injecter, il fallait trouver un subterfuge. L'infirmier au départ perplexe, finit par trouver mon idée de l’écraser et de le mettre dans un yaourt pas si folle que ça. Je m'engageai donc à le faire, tout en riant de l'imitation bien grotesque de mon collègue.

    - Eh bien tu ne mentais pas en disant que tu étais une fille avant...rassure-toi, je voulais juste te demander de venir m'aider ici de temps en temps, si tu ne vois pas d'inconvénient. Vois-tu comme j'ignore où a été se fourrer mon Assistant, j'aurais besoin de quelqu'un pour m'aider à ranger quelques affaires ici et à mettre de l'ordre dans les dossiers. Tu veux bien ?

    - La question ne se pose même pas ! lui lançai-je en sortant le comprimé de sa boite, bien évidemment que je le veux !

    Je lui souriai de toutes mes dents. J'aime me rendre utile. Mais il n'aurait pas du présenter ça comme un service, même si c'est pour rendre la demande plus polie. Exécuter ce genre de tâches, c'est mon travail ici, et je suis d'ailleurs payée pour ça. Alors au fond, que je le veuille bien ou non, ça n'allait pas changer grand chose, autre que ma volonté. Et en l’occurrence, dans notre cas de figure, elle était bien grande. Surtout que bosser pour un infirmier, ça ne peut m'être que bénéfique pour mes études à l'Université de Médecine. Avec chance, grâce à l'expérience que je vais gagner, je serai en mesure d'avoir les examens haut la main et d'être à un niveau supérieur, comparé à celui de mes camarades. En gros, tout me poussait à lui dire oui. Et en plus de ce bon nombre d’éléments, j'appréciais déjà énormément Satsuki et désirais faire plus ample connaissance avec lui. J'avais l'espoir de pouvoir l'aider aussi moralement, pas seulement physiquement. Sous ses jolis airs, je savais que se cacher un homme peiné, triste, et seul. Itsuki aussi semblait avoir le moral au plus bas. Je projetais de l'assister à son tour. Les efforts qu'il a fourni doivent être récompensés après tout. Puis mine de rien, c'est un garçon fragile qui a besoin d'attention et d'amour.

    ... et d'un certain comprimé. Une fois celui-ci posé à plat contre l’espèce de table sur roulette, je me mis à chercher ce qui pourrait faire office de cuillère. M'y prendre avec les mains, j'aurais pu, mais quitte à être dans une infirmerie, autant se servir des moyens plus hygiéniques et pratiques mis à disposition. Au final, mon regard se posa sur la boite elle-même qui contenait toutes les pilules. Elle était dure, de forme plutôt arrondie, mais les deux extrémités paraissaient parfaites pour le rôle que je leur attribuais. Je m'en servis pour écrabouiller ladite pilule en toute facilité. Il ne restait plus que des miettes, presque de la poudre blanche. Et comme il n'y avait pas non plus de yaourt dans le coin, car on est dans une infirmerie pas dans un réfectoire, j'ai dû encore faire preuve d'imagination pour trouver par quoi remplacer cet objet essentiel. C'est ainsi que le yaourt fut substitué par un verre d'eau, dans lequel j'eus versé le résultat final. Ça ne promettait rien de bon niveau gout, mais il allait pouvoir mâchouiller une barre chocolatée juste après pour faire passer le dégoût.

    - Et voila !

    Je lui tendis le verre, ainsi que la barre au chocolat.

    - Je te conseille de te boucher le nez le temps d'avaler tout ça, et de croquer dans le gâteau tout de suite après car ça risque de... ne pas être très bon. Tu es prévenu !

    La tête légérement penchée sur le côté, je lui ai fait un sourire des plus rassurant en attendant qu'il saisisse ses biens. Une fois la chose faite, c'est avec un soin tout particulier que j'ai rangé et nettoyé mon bazar. Maniaque pour la vie. Néamoins, si je prenais mon temps, ce n'est pas parce que j'estime que plus on s'attarde, mieux c'est fait, mais parce que je tenais à être présente lorsqu'il allait ingurgiter tout ça.
    Le pauvre. Il fit une grimace à la derniere gorgée, et se dépêcha de croquer comme je lui avais conseillé de le faire dans son gâteau. Fière de lui encore une fois, c'est avec un tantinet de moquerie, mais rien de bien méchant, plus pour plaisanter, que je l'ai applaudi.

    - Bravo ! m'exclamai-je sans perdre mon sourire, m'approchant ensuite de lui pour répondre à ses interrogations sur la prise du sirop. Lui faisant signe de me le passer, chose qu'il fit naturellement, je lui ai pointé de mon index quelques lignes inscrites sur l'étiquette du flacon. Et bien tu vois, c'est écrit ici : il faut se référer au bouchon pour le dosage.

    J'ai alors dévisé la bouteille, et j'ai approché ledit bouchon de son visage, à hauteur de ses petits yeux à la couleur d'or.

    - Il faut que tu te serves, jusqu'à... prolongeant la derniere lettre du mot, je versai dans le bouchon quelques gouttes de sirop, ...là ! Hop. Tu vois la ligne ici ? Elle indique quand il faut s'arrêter. Et tu dois en prendre trois fois par jour, à chaque repas, pendant une semaine. Si ça ne fonctionne toujours pas, tu devras revenir ici et te faire consulter par Satsuki. Il trouvera certainement autre chose, et je serai surement là moi aussi. Ne t'inquiète pas.

    Une nouvelle fois, j'ai passé ma main gentiment et tout doucement dans ses cheveux. Ils étaient tellement doux et soyeux. Si j'aurais pu, je l'aurais laissé sur sa tête, mais comme ça ne se fait pas et que c'est de surcroît vachement bizarre ; je l'ai retiré et me suis tournée en direction de Satsuki.

    - Dis, Satsuki, tu veux que je me charge d'aller acheter au nom du lycée le matériel pour les injections ? Vu que j'ai ma journée de libre, ça ne pose aucun problème, puis ça ne me gêne pas non plus.

    (J'ai édité, comme je n'ai plus besoin de partir, je reste o/)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 20
Points : 28
Date d'inscription : 28/06/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Jeu 12 Juil - 2:58

Après que la situation se soit calmée, Satsuki donna un flacon de sirop à Itsuki, puis demanda ensuite à Kasumi s'il voulait bien venir l'aider à l'Infirmerie de temps en temps pour le rangement de dossiers et tout le reste. Comme il n'avait plus d'Assistant, il fallait bien qu'il trouve un autre moyen d'en avoir. Le jeune rouquin accepta avec plaisir. Il aida donc Itsuki à prendre ses médicaments, en les écrasant comme il l'avait suggéré pour que ce soit plus facile pour lui de les prendre. Il les mit dans un verre d'eau, puis lui donna pour masquer le goût du médicament, une barre chocolatée. Après avoir fait ce qu'il fallait, indiquant même à Itsuki le temps qu'il fallait pour consommer ses médicaments, Kasumi s'adressa à Satsuki.

- Dis, Satsuki, tu veux que je me charge d'aller acheter au nom du lycée le matériel pour les injections ? Vu que j'ai ma journée de libre, ça ne pose aucun problème, puis ça ne me gêne pas non plus.

Satsuki n'avait jamais espéré qu'on puisse pour une fois écouter ce qu'il a à dire et par-dessus-tout qu'on accepte de lui rendre service. Et là il fut surpris, car non seulement Kasumi avait accepté de venir l'aider, mais qu'en plus il se portait volontaire pour aller faire les courses nécessaires, qui manquaient à l'Infirmerie.

Bien évidemment Kasumi, ça me fait plaisir de voir qu'il y'a au moins un élève sérieux par ici. Tu ne voudrais pas devenir Médecin par hasard ? Parce que tu sais, je peux t'initier...

Satsuki, montrant une once de joie véritable, s'était levé et approché de Kasumi, il plaça son bras autour des épaules de jeune homme. Il était pile l'Assistant qu'il lui fallait, quelqu'un de passionné et qui ne se faisait pas prier pour donner de sa personne aux autres. Il était ce que Satsuki recherchait terriblement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Itsuki Nezumi

Messages : 40
Points : 42
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Où tu n'est pas ._.

Information ♪
Statuts de couple :: Célibataire
Vos Relation :

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mar 17 Juil - 3:26



[ Désoler vous deux >< j'était tellement concentré sur la création du themes que je vous ai attrocement négligé =3 J'ai fait également très cours vue qu'évidament j'ai perdu un peu le fil du rp x)]

Finalement j'avala mes médicament , prenant soin d'affiché un air dégouté par ces nouvelle saveur purement artificielle et surtout vraiment horrible. Puis soupirant j'ignora la conversation qui se passais autours de moi. Je n'était pas a bout de force mais je devais vraiment me reposé sinon j'allais finir mort sur le parquet et ce très très vite. Je regarda Kasumi puis ensuite l'infirmier et je m'inclina doucement pour les remercier de leur judicieux conseil vis a vis les médicament. Puis sans attendre je tendis une main vers Kasumi...avec tout ça je n'Avais pas le souvenir de m'être présenté..

- Je m'appelle Itsuki en passant...

Itsuki...Un nom un peu trop doux pour le type de caractère que j'avais hérité. Je soupira, grimaçant un peu. Oui bien trop doux voyons...

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

«Vie ta vie et laisse les autres vivre la leur»
Tien toi loin de moi Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otoko Gakuen
avatar
Kasumi Yamada

Messages : 56
Points : 52
Date d'inscription : 26/06/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: L'Infirmerie Mar 17 Juil - 14:31

    (Tu dailles, t'as passé outre tout mon post ><)
    Apparemment, mon initiative était au gout de Satsuki. Il afficha une mine tout de suite plus heureuse, et s'empressa de me répondre tout en s'avançant vers moi, ignorant son patient pour le moment.

    - Bien évidemment Kasumi, ça me fait plaisir de voir qu'il y'a au moins un élève sérieux par ici. Tu ne voudrais pas devenir Médecin par hasard ? Parce que tu sais, je peux t'initier...

    Je me grattais l'arrière du crâne, ébouriffant par la même occasion mes cheveux roux en bataille. C'était un compliment, et comme tout compliment, ou presque, c'était plaisant. Je me sentais fière, mais peut-être que je n'en méritais pas autant. Après tout, je ne devais pas être le seul élève sérieux dans le coin, ni un élève sérieux tout court en fait. Je suis juste... quelqu'un qui aime rendre service. Ça n'a pas grand chose à voir, je crois. Même si je ne peux pas nier le fait que je porte une attention particulière et méticuleuse à mon travail. Oui bon d'accord, j'aime les compliments, mais ils me gênent. Disons ce qui est.

    Satsuki avait vu juste. Je voulais devenir médecin, et pas n'importe lequel. Un grand chirurgien. La raison ? Évidente n'est ce pas ? Réaliser le rêve des gens comme moi, et sauver des vies comme mon père n'en a pas eu la chance. Quand Satsuki passa son bras par dessus mon épaule, j'eus un petit rire nerveux, mais n'eus pas le réflexe de reculer ou quoi que ce soit du genre. Je n'avais aucune raison de me débarrasser de son étreinte. Elle était amicale et je trouvais le geste assez gentil et surtout marrant, par rapport à la situation dans laquelle nous étions. On se connaissait depuis peu, mais les circonstances de notre rencontre - des plus cocasses -, avaient dévoilé notre nous intérieur : Nos côtés cachés et parfois sombres.

    - Vous avez vu juste, je veux devenir un grand chiurgien ! lui répondis-je avec un grand sourire en stoppant mes mouvements au niveau de la tête pour allonger mes bras le long du corps, légèrement crispé par notre accolade, Ce serait vraiment sympa !

    Vous ne rêvez pas, je l'ai bien vouvoyé, contrairement à tout à l'heure. Faut dire que j'étais dans un état second aussi, mais là, j'avais repris mes esprits, et donc mes bonnes manières naturelles. Certes, il était employé par l'école au même titre que moi, mais était plus âgé, alors je lui devais le respect, et cette formule d'adresse là. Et quant bien même il aurait été plus jeune, je crois que j'en aurais fait autant. C'est la moindre des choses, lorsqu'on ne cotoie pas la personne depuis un certain temps, et qu'on entretient pas de relation rapprochée avec elle.

    Une fois séparée de lui, notre adolescent rebelle prit les devants et s'avanca pour me faire face. Il me présenta sa main, de manière incertaine, et ouvrit un dialogue dans les règles de l'art.

    - Je m'appelle Itsuki en passant...

    Je fus surprise, dans le bon sens du terme. Élargissant le sourire que Satsuki avait fait naitre quelques secondes plus tot sur mon visage, je lui dis tout en lui serrant doucement la main :

    - Enchanté de te rencontrer Itsuki !.. hum ! Ça te dirait de m'accompagner au centre-ville ?

    Je ne suis pas très amie avec la solitude. Puis quitte à pouvoir approfondir notre relation, autant le faire, et tenter de le connaitre d'avantage et de le rendre le plus heureux au possible. Plus tard, au retour, je projetais déjà de faire pareille avec notre très cher infirmier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'Infirmerie

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Infirmerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'infirmerie
» L'infirmerie du palais ...
» Vive l'infirmerie et ses bons petits matelas douillets... [PV. Shiroi]
» Bienvenue à l'infirmerie
» Le toit, super endroit pour une sièste... Ou pas. [PV May Willis] [terminé => suite à l'infirmerie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Otoko Gakuen :: Otoko Gakuen :: L'Administration-